Passer au contenu principal
Banner_indoorpol

 

Rechercher
Accueil
Méthodologie
Micro-organismes
Habitat
Bâtiments et bureaux
Ecoles
Autres environnements
Documents
  
Indoorpol > Méthodologie > Microorganismes > Microorganismes > Bactéries  

Figure 1: bactéries vues au microscope

Figure 2: boîte RODAC appliquée sur la surface de ruissellement dans un humidificateur de type "nid d'abeille". Les colonies bactériennes reproduisent fidèlement l'empreinte de la surface alvéolaire.

 

Figure 3: culture de Legionella pneumophila sur milieu gélosé spécifique

 

 

 

 

Figure 4: dosage des endotoxines (test LAL)

 

 

Généralités

Organismes unicellulaires de très petite taille.

Dimension: généralement de l'ordre du micron (un millionième de mètre). (figure 1)

Les bactéries se reproduisent normalement par division cellulaire simple (jusqu'à 1 division toutes les 20 minutes). Certaines bactéries peuvent créer des spores souvent très résistantes. Les spores bactériennes sont très répandues (sur la plupart des objets, dans le sol, la poussière et l'eau).

 

Les bactéries dans notre environnement

La plupart des bactéries vivent à l'état libre dans le sol, l'eau (figure 2) et les substances en voie de décomposition, dont elles tirent leur nourriture à partir de tissus morts (bactéries saprophytes). T° d'isolation généralement utilisée: 25°C.

D'autres bactéries vivent dans ou sur les animaux et les végétaux vivants: Certaines sont inoffensives (cas des bactéries de l'appareil digestif). D'autres par contre peuvent s'avérer très dangereuses pour la santé. Certaines peuvent synthétiser des protéines extrêmement toxiques appelées toxines. T° d'isolation utilisée pour les bactéries vivant sur ou dans l'organisme: 37°C. (voire plus élevées, par exemple  44°C pour les coliformes thermotolérants, 52°C pour les thermoactinomyces)

 

La légionellose

Un cas de germes infectieux liés à la problématique du bâtiment. Cette affection est fort heureusement peu fréquente (2 % des affections pulmonaires survenant en dehors du milieu hospitalier). Par contre, la mortalité est relativement élevée (12%). Dans tous les cas, le vecteur de l'infection serait l'inhalation de petites gouttelettes d'eau (aérosols de 5 à 6 mm). Les légionelles vivent en milieux aqueux. Legionella pneumophila, l'espèce responsable de la légionellose, se développe entre 20 et 46°C, avec un optimum entre 30 et 37°C. On trouve cette espèce le plus souvent dans l'eau des tours de refroidissement et dans les eaux sanitaires chaudes. L'eau des humidificateurs classiques, avec bacs récolteurs de condensats, ne convient théoriquement pas au développement de ce type de bactéries en raison d'une température de l'eau trop basse (16°C maximum). On évitera toutefois certaines pratiques comme maintenir en hiver les batteries chaudes en service (mesures contre le gel), la nuit ou le week-end, c'est-à-dire quand la pulsion est à l'arrêt. Cette pratique a pour résultat de faire monter la température de l'eau ce qui est favorable au développement de nombreux micro-organismes. La culture des légionelles est lente (le délai de réponse est de 10 jours) et difficile. Les légionelles sont des bactéries exigeantes, nécessitant l'utilisation de milieux spécialisés ( BCYE (“Buffered Charcoal Yeast Extract”) contenant de la cystéine, du fer et du charbon) (figure 3) 

: Information sur la légionellose Institut Scientifique de Santé Publique (I.S.P.), Section Epidémiologie  http://www.iph.fgov.be/EPIDEMIO/EPIFR/plabfr/leg.htm
: Maîtrise de la légionelle : quelle longueur pour le branchement en amont du robinet  CSTC-Contact n° 19 (3-2008)   http://www.cstc.be/homepage/index.cfm?cat=publications&sub=bbri-contact&pag=Contact19&art=269cfm
: Contrôle du risque de légionelle dans les installations sanitaires CSTC-Contact n° 22 (2-2009)  http://www.cstc.be/homepage/index.cfm?
   

Les endotoxines, Bactéries Gram- 

Les endotoxines sont des lipopolysaccharides produits par les bactéries Gram -. Une trop forte ou trop longue exposition entraîne des symptômes pseudo-grippaux associant malaise général, fièvre, frissons et courbatures, oppression, sifflements respiratoires et toux sèche. Ces symptômes disparaissent généralement assez rapidement et ne sont pas sans rappeler ceux qui sont décrits dans les cas de fièvre des humidificateurs (figure 4).

:  Echantillonnage et analyse des endotoxines dans l'air - Etude bibliographique 

http://www.inrs.fr/htm/frame_constr.html?frame=http%3A%2F%2Fwww.inrs.fr%2Finrs-pub%2Finrs01.nsf%2Finrs01_search_view%2F%3FSearchView%3D%26Query%3Dendotoxines%26SearchMax%3Dall%26Start%3D1%26SearchOrder%3D4%26SearchWV%3DTrue%26SearchFuzzy%3DFalse%26Count%3D200