Passer au contenu principal
Banner_Indoorpol

Rechercher
Accueil
Méthodologie
Micro-organismes
Habitat
Bâtiments et bureaux
Ecoles
Autres environnements
Documents
  
Indoorpol > Méthodologie > Echantillonnage et analyses microbiologiques > L'air méthodes volumétriques  

 

1. Sédimentation sur  boîte de Petri ouverte

C'est la technique la plus simple pour mettre en évidence les micro-organismes vivant dans l'air qui nous entoure et que nous inhalons. Une boîte de Pétri, remplie d'un milieu gélosé nutritif spécifique est laissée ouverte pendant 8h. Elle est placée ensuite à incuber plusieurs jours. Il reste à dénombrer et identifier les colonies qui apparaissent à la surface du milieu.

 
Comme toute méthode faisant appel à des milieux gélosés, seuls les germes vivants peuvent être isolés et le choix du milieu et de la température d'incubation sont déterminants.

 

Boîte pendant  prélèvement

 

Boîte après prélèvement, avec colonies bactériennes

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

2. Sédimentation sur plaque en verre

Dérivé de la méthode précédente, on utise la boîte RODAC décrite ci-dessus en l'appliquant sur la surface d'une plaque en verre ayant séjourné 7 jours dans l'environnement à étudier. On a prit soin de désinfecter la plaque au départ avec une solution d'alcool (t0). Cette méthode permet d'évaluer la charge en micro-organismes dans la poussière de l'air déposée pendant une période déterminée

      

Prélèvement, dans ce cas avec une boîte avec DRBC

 

 

Boîte avec MEAChloramphénicol, après incubation pendant 5 jours à 25°C

 ____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

3. Les impacteurs

Pour une évaluation plus précise  de la charge fongique dans l'air des appareils à impaction ont été spécialement conçus pour permettre de projeter un volume d'air déterminé sur un support approprié. On les appelle des impacteurs.  Comme pour les empreintes de surfaces, ce support peut être un support adhésif transparent (équivalent du ruban adhésif ou tape) ce qui permet d'observer, de compter et parfois d'identifier rapidement les spores de l'air. Ce support peut être également un milieu gélosé nutritif sur lequel les spores vont germer après quelques jours passés dans une étuve, généralement à 25°C (période d'incubation). Ces techniques requièrent l'intervention d'un laboratoire spécialisé.   

Un volume d'air déterminé est prélevé à l'aide d'un impacteur avec un support adhésif transparent   Un volume d'air déterminé est prélevé à l'aide d'un impacteur avec milieux gélosés
Exemple d'un impacteur portable utilisant
des lames de verre adhésives
Trois exemples d'impacteurs utilisant des strips ou des boîtes de Pétri remplies d'un milieu gélosé 

Ruban adhésif après coloration spécifique au laboratoire: présence d'Alternaria et de Cladosporium

Première image obtenue, par exemple, sur des strips gélosés, après 5 jours d'incubation à 25°C
Image définitive obtenue pour les colonies examinées spécifiquement au microscope

 Avantages et inconvénients 

Résultats exprimés en Nombre de spores observées/m3.

Avantages et inconvénients 

Résultats exprimés en UFC/m3= Unité Formée par une Colonie /m3.

Image réelle de la contamination, mais l'identification n'est pas toujours aisée. Image faussée par le choix des paramètres de culture (milieu gélosé, t°) et par la différence de la vitesse de croissance des espèces présentes. De plus, seules les spores "revivifiables" sont détectées. En revanche, on dispose des souches vivantes pour identification et pour tous travaux ultérieurs.
_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

4. La méthode Impinger

L'air est aspiré pour être barboté dans un liquide au départ stérile.  La solution obtenue est ensuite ensemencée sur des milieux gélosés spécifiques. Lorsque la contamination est supposée élevée et/ou que le volume prélevé est important, on peut procéder par la technique des dilutions successives.

Cette méthode convient bien à  des environnements très pollués ainsi qu'aux germes sensibles à la dessication

 

Flacon avec barboteur et pompe

 _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________
5. Appareils de filtration

- Appareil à grand débit

L'air est filtré et la poussière récoltée sur le filtre et dans le cas des filtres constitués d'agar, ceux-ci sont directement mis en solution.  La solution obtenue est ensuite ensemencée sur des milieux gélosés spécifiques. Lorsque la contamination est supposée élevée et/ou que le volume prélevé est important, on peut procéder par la technique des dilutions successives.

Cette méthode convient bien à  des environnements très pollués. Les volumes prélevés peuvent être importants.

Les germes sensibles à la dessication peuvent cependant être sous-estimés voire ignorés.

 

- Pompes à faible débit 

Ces pompes permettent d’aspirer l’air sur une période assez longue. Généralement portables, elles sont conçues pour aspirer l’air pendant par exemple une journée de travail. On peut les équiper de filtres permettant l’échantillonnage de la poussière  et des germes associés ou de cartouches adsorbantes permettant l’analyses de composés chimiques divers.

 

Pompe Sartorius avec filtre gélatiné (30 à 100 L/min)

 

Pompe faible débit (max.: 5l/min.)

 

 _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________