Passer au contenu principal
Banner_indoorpol

Rechercher
Accueil
Méthodologie
Micro-organismes
Habitat
Bâtiments et bureaux
Ecoles
Autres environnements
Documents
  
Indoorpol > Habitat > Documents partagés > type3  


Réduction de la charge fongique thermophile dans l’habitat : Assainissement de type 3

Dans ce cas, il existe un risque d'infection de l'individu, ce qui n'implique bien évidemment que des champignons VIVANTS. Dans une population « immunologiquement normale », les cas d'infection par des champignons de l'environnement sont rares et liés plus au contact qu'à inhalation (pied d'athlète dans les piscines, salles de sport, salle de bain). Par contre, en présence de patients immunodéprimés ou atteints de pathologies particulières comme, par exemple, la mucoviscidose, de nombreux champignons habituellement inoffensifs se révèlent dangereux.

Ces moisissures dites thermophiles sont actives durant le processus naturel de décomposition de matières organiques au cours desquels la température s'élève . On doit dès lors s'attendre à les rencontrer en abondance dans du compost, du terreau, de la terre, etc.

Dans les unités de soins hospitalières, toutes les mesures de désinfection sont généralement prises pour éviter au patient fragilisé d'être contaminé. Que dire lorsque celui-ci réintègre son logement ?

Dans le logement, les spores de ces moisissures pénètrent avec la poussière, se déposent et s'accumulent. Dans cette problématique, c'est donc le nettoyage minutieux et fréquent du bâtiment qui est l'élément important. Dans ce cas, on peut toutefois recommander l'emploi de fongicides appropriés (procédures de désinfection spécifiques) afin de diminuer encore les risques de contaminations du patient.

Point de vue pratique :


Précision importante: Dans le cas d'enquêtes liées à cette problématique, la technique du scotch tape est totalement inadéquate.

  • Avant le retour du patient, faire réaliser un "état des lieux" mycologique (logement et particulièrement cave, grenier et locaux peu utilisés qui sont souvent des réservoirs de poussières; matelas, fauteuils, environnement extérieur immédiat, ...etc)
  • Eviter les travaux de jardinage
  • Eviter les plantes vertes (terreau !)
  • Organiser le logement de manière à ce que le nettoyage soit rapide et efficace (rangement, peu ou pas d'objet sur les meubles, armoires, bibliothèques fermées, etc.
  • Nettoyages fréquents avec chiffon humide légèrement désinfecté
  • Ne jamais utiliser d'aspirateur non équipé d'un filtre HEPA à la sortie de l'air
  • Eviter la présence du patient dans la salle où se passe une opération de nettoyage
  • L'utilisation d'un purificateur d'air (avec filtre HEPA) bien entretenu peut également contribuer à la diminution du risque