Passer au contenu principal
Banner_indoorpol

Rechercher
Accueil
Méthodologie
Micro-organismes
Habitat
Bâtiments et bureaux
Ecoles
Autres environnements
Documents
  
Indoorpol > Habitat > Documents partagés > Toxicité  

 

Comparées aux allergènes, les mycotoxines sont des métabolites secondaires de faibles poids moléculaires (entre 200 et 10 000 daltons) sécrétées par de nombreuses moisissures. Il est connu que l'ingestion de mycotoxines telles que aflatoxines, trichothécènes, etc., peuvent provoquer de sérieux problèmes de santé, pouvant même entraîner la mort. Des études récentes ont montré que des doses identiques de ces mycotoxines peuvent être plus toxiques inhalées qu'ingérées. Des concentrations relativement élevées en mycotoxines ont été également mesurées dans les spores de moisissures toxinogènes. De 600 à 1 100 ppm d'aflatoxines ont été trouvées dans des spores d'Aspergillus flavus et d'Aspergillus parasiticus, 15 ppm de trichothécènes dans des spores de Stachybotrys chartarum, et jusque 80 ppm de trichothécènes mesurées dans les spores de Fusarium graminearum et F. sporotrichoides.
Certaines mycotoxines, tels les trichotécènes produits par Stachybotrys chartarum (syn. S. atra) et Fusarium spp., ou la patuline et les acides pénicilliques produits par certains Penicillium, ont montré une action toxique sur le système respiratoire.
Il convient donc, en vertu du principe de précaution, d'être très prudent avec un patient habitant une maison "moisie", particulièrement quand celui-ci présente des phénomènes d'irritation, des migraines et des nausées dans son logement. Les nourrissons dont le système respiratoire est encore très fragile et les jeunes enfants sont d'autant plus vulnérables.