Passer au contenu principal
Banner_indoorpol

Rechercher
Accueil
Méthodologie
Micro-organismes
Habitat
Bâtiments et bureaux
Ecoles
Autres environnements
Documents
  
Indoorpol > Autres environnements > Documents partagés > hopitaux  

Les mycoses invasives

Les problèmes de santé que peuvent provoquer les moisissures dans les milieux intérieurs sont le plus souvent d'origine allergique ou toxique. Cependant, en milieu hospitalier, quelques espèces peuvent s'avérer responsables de mycoses invasives, maladies graves, heureusement assez rares et qui ne concernent que certains types de patients immunodéprimés dits "à risques".

L'aspergillose invasive, la plus connue d'entre ces mycoses, est provoquée par les spores de la moisissure Aspergillus fumigatus, ou d'une espèce proche qui, profitant de l'immuno-incompétence du patient, vont parvenir à envahir les tissus. Il s'agit d'une pathologie grave pouvant entraîner jusqu'à 80 % de mortalité.

Les spores d'Aspergillus ne sont pas rares dans l'environnement en général; elles sont véhiculées par l'air et survivent longtemps sur les surfaces où elles se déposent. Elles sont particulièrement redoutables dans les unités hospitalières où sont soignés des patients à risques: ceux-ci sont donc protégés par des mesures telles que la filtration de l'air, la limitation des accès et une procédure sévère de nettoyage des surfaces.

Il a été constaté que, lors de travaux dans l'hôpital où à sa proximité immédiate, les poussières émanant du chantier pouvaient être chargées d'importantes quantités de spores fongiques qui constituaient un risque de voir se développer une épidémie d'aspergilloses invasives. C'est pourquoi un chantier en milieu hospitalier doit toujours faire l'objet d'une étude d'impact avec évaluation des risques en fonction du type de travaux, de leur localisation et du type de patients traités. Des précautions devront le plus souvent être prises tant au niveau du chantier que du côté des unités hébergeant des patients à haut risque.